Ecris-moi-le ce soir

Ecris-moi le ce soir pour ne pas oublier
Sombre et sobre à la foi, cet unique regard
Il m’a montré si seul, cet étrange reflet
Laissons faire le danger, laissons-le prendre part, laissons-le prendre part

Mes désirs sans lacune se jouent-ils de ton ombre
Ma soif est dans l’abysse, veux-tu que l’on y sombre
Aux visages oubliés, il ne reste que le tien
Au bien furtif trouble, à l’envie de nos mains, à l’envie de nos mains

Imaginons nos nuits, oublions les matins
Délaissons les journées et fuyons-les sans fin
N’appréhende pas ces hordes, le mépris des vauriens
Arrachons toutes ces cordes, découvrons-nous demain, découvrons-nous demain

Égaré sur les routes, je rejoins ton chemin
Ma vie n’a plus de doute, agitée par l’instinct
Si l’horizon s’éloigne, je te crie mon envie
Du sommet le plus haut, de sceller nos deux vies, de sceller nos deux vies

Le radeau des alliances s’est échoué sur nous deux
Libéré de méfiance, j’ai vu couler tes yeux
Partageons notre joie à voir grandir l’essentiel
Les parents, les amis seront tous éternels, seront tous éternels

Il se répand là dans mon cœur,
L’instant, l’instant du bonheur
Le premier cri, l’éveil
Il est là
Et vous, vous êtes là
Et vous, vous êtes là
Et vous, vous êtes là
Et vous, vous êtes là

Auteur : Alain Domergue

Chanson par Léo Merle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s